Accueil > Dédale des écrits > Un herbier français

Un herbier français

vendredi 20 février 2015, par Jean-Pierre Balpe


Bréauté porte une grosse chaîne en or — il y a si peu de clarté... Abjure le temps ;. Un soleil éclatant tombe sur les champs ; il se ronge rageusement les ongles. Elle ne parvient pas à faire une différence bien nette entre ses souvenirs et son invention du passé, et il lui semble que bien de ses souvenirs relèvent de l’imaginaire, comme il lui semble aussi que son imaginaire relève du souvenir. Elle est incapable de faire des projets... Un cadavre se désagrège sur un banc d’église —. Elle rit d’un rire douloureux ; elle a traversé de nombreuses épreuves, a su résister au temps... Elle se sent incroyablement solitaire... 1 a l’obsession de la pourriture, de la poussière, de la mort, elle est anxieuse devant tout ce qui évoque la mort, la destruction, la perte aussi, pour cela, il ne peut jamais se livrer toute entière... Sans raison particulière, la phrase " ", tourne dans sa tête — ; rien ne bouge ; l’espace du ciel se dresse comme un acier vertical... Comment se fait-il que son attention consciente soit si étroite, qu’elle ne soit capable de se concentrer que sur un, deux événements tout au plus. Il est rêveur, étrangement rêveur.

Répondre à cet article